• J'avais le choix, qu'est ce que je dis là ? On avait tous les deux le choix de s'attacher ou pas. Le choix de faire marche arrière, de regretter puis d'y retourner. Nous avions le choix de recommencer, d'oublier et de faire semblant d'aimer tout ça dans d'autres bras. J'ai pas choisi moi, j'y suis allé. J'ai appris à me consoler, appris que ça ne durerait peut-être pas et j'ai quand même accepté. Je ne voulais pas faire comme eux, fuir devant le moindre obstacle et me rassurer en me disant que ce serait mieux ailleurs. Notre obstacle à nous il est là, il ne se contourne pas, il se prend en plein visage. Il se traverse. Il se vit normalement seul. Nous on le vivra à deux. Ce n'est pas le chemin le plus simple, d'ailleurs c'est pas un chemin, c'est un tapis d'ordure que l'on piétinne à quatre pieds.

    Il m'arrive souvent de penser comme un vieux : "et si ca s'arretait ?" "Lequel des deux ?" puis je réagis. Je me dis que la vie, que notre vie ce n'est pas "que" ça. Ce canapé que tu voudrais, que tu aimes mais pas moi pas trop. Ton Patrick Bruel que tu voudrais tant entendre chanter plus fort que mon Polnareff. Mon nez fort et l'air de la VNI dans ton visage. Ah, et puis Ronaldo que tu finiras par apprécier, tu verras. Je ne vais pas résilier Bein sports et ma playstation n'est toujours pas en panne. C'est ça aussi notre vie. Ce qui pourrait ressembler à une déclaration n'en est pas une, nan, trop pudique. Ou bien si, c'est une déclaration. Une déclaration d'amour malgré toutes mes craintes, toutes mes peurs. Et derrière ces peurs il y a cette bienveillance dans tes yeux, dans les miens. La peur que j'avais pour moi n'existe plus, elle ne vit que pour toi. Il faut apprendre à vivre avec. Apprendre à t'écouter tousser parfois plus fort que moi, c'est surement le plus difficile. Apprendre à te voir sécher devant ton assiette comme je sèche devant la mienne. Apprendre à te demander sans cesse si tu as fait tes aérosols. Le plus drôle ce sont sans doute toutes ces anecdotes que l'on se raconte. Je n'avais rien inventé finalement. Toi aussi, enfant, tu buvais ton pulmozyme pour que l'aérosol se termine plus rapidement. Tu le vidais dans les plantes ? Moi aussi.. Tu me fais tant sourire. Ta tête de BN elle existe vraiment, il faut te le dire. Il faut l'accepter. Tu as un sourire communicatif, ta mauvaise foi l'est moins, mais je l'aime aussi, dans le fond, tout au fond... 
    Il faut aussi apprendre à vivre avec ces petites larmes qui coulent sur tes (petites) joues lorsque tu souffres (sisi, t'as chialé à ton pneumothorax j'me souviens). Ce jour là, je ne savais pas quoi faire. Je ne savais pas si je devais être heureux de ne pas connaitre ça. Je ne savais pas si je devais être malheureux, plein d'espoir ? Plein de courage ? Je t'aime mais quand même j'ai apprécié ma place à ce moment précis. Et parce que t'es forte avec tes gros petits muscles, je te propose pas de prendre ta place. Je te le propose pas parce que malgré toutes ses mauvaises blagues j'ai encore assez foi en la vie pour penser que parce que je suis le plus vieux des deux, c'est toi, cette fois, qui devras vivre après moi.

    « J'veux pas crevir »

  • Commentaires

    1
    Domi
    Samedi 12 Décembre 2015 à 08:09

    Superbes mots d'amour ! Elle en a de la chance ta " moitié " ..... Du fond du cœur je vous souhaite le maximum de bonheur. Surtout restez toujours attentif l'un à l'autre, aimez vous, riez, dansez, pleurez, faites ce que vous voulez mais toujours ensemble ... Je vous embrasse avec tendresse  kiss

    2
    yveline
    Samedi 12 Décembre 2015 à 15:33

    Mon cher Jérémy,

    ce beau texte, si touchant, m'avait déjà émue aux larmes sur facebook...et même si je n'y viens plus beaucoup, c'est que je manque de temps, non parce que je t'oublie ..cela va faire 8 ans bientôt que nous nous sommes rencontrés à Lille la première fois, et que c'est un grand honneur que tu m'as fait de vouloir me rencontrer...le (trop) peu de fois que je t'ai vu, je n'ai eu que des banalités à te dire..à mon âge je devrais avoir dépassé ma timidité maladive pourtant !!...

    Mais tu es dans mon coeur à jamais, tu y resteras toujours !! veillez bien l'un sur l'autre tous les deux...vivez à fond tous les moments de bonheur qui s'offrent à vous !! je ne vous souhaite que le meilleur à tous deux, je vous embrasse du fond du coeur !!

    Yveline

     



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :